Les habits neufs de l’empereur

Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout les beaux habits neufs ; il dépensait tout son argent pour être bien habillé. … Un jour arrivèrent deux escrocs, se faisant passer pour tisserands et se vantant de savoir tisser l’étoffe la plus splendide que l’on puisse imaginer. Les vêtements cousus dans cette étoffe avaient l’étrange vertu d’être invisibles pour tous ceux qui étaient incapables dans leur emploi, ou plus simplement irrémédiablement des sots.
« Ce seraient de précieux habits, pensa l’empereur, en les portant je connaîtrais aussitôt les hommes incapables de mon empire, et je distinguerais les intelligents des imbéciles. Cette étoffe, il faut au plus vite la faire tisser. »

Jacqueline Sarrazin, conteuse et marionnettiste recrée grâce aux multiples personnages de bois tourné, toute l’atmosphère colorée et captivante des histoires de Hans Christian Andersen.
Derrière ce conte des plus célèbres, se cachent toute la philosophie de la vie, une critique drôle de la société des hommes et l’espoir d’un avenir plus sage.

J’attrape une idée pour l’adulte, je la raconte aux petits, tandis que je garde à l’esprit la conscience que les parents écoutent souvent aussi, et à eux, il faut donner un peu de quoi penser.
Hans Christian Andersen

 

chez l'empereur

 

 

 

 

 

 

 

Possibilité d’un atelier animé par Jacqueline Sarrazin autour de l’idée du mensonge et l’art de fabriquer simplement et rapidement une histoire en théâtre de marionnettes.